Mots-clefs

, ,

 Voici une nouvelle histoire pour vous divertir.

logo f22petit        Clara jeta un nouveau coup d’œil à l’autre bout de la salle. Le mec sacrément classe dans sa chemise blanche, regardait encore vers elle. Elle fit flotter son regard un peu plus loin pour se donner l’air de ne pas y avoir prêter attention.

L’avait-il seulement reconnu ? Ils se croisaient régulièrement dans le hall de la tour où ils bossaient tous les deux. Il n’avait jamais semblé la remarquer. Elle avait toujours imaginé qu’il était trader. Ils ne s’étaient jamais adressés la parole. Mais, Clara, elle, l’avait repéré. Un garçon aussi sexy qui portait le costume comme un mannequin ; aucune fille sexuellement active ne pouvait rater ça.

Elle ne s’attendait pas à le croiser à cette soirée d’anniversaire, mais elle ne connaissait pas tous les amis de Gilles et supposa qu’ils se connaissaient par le biais de la salle de sport de l’immeuble de bureaux.

Gilles était un de ses collègues de bureau et ami. Il fêtait ses trente ans et Clara devait admettre que ce soir, il y avait du lourd. Il évoluait dans un milieu sportif, branché et à l’aise financièrement. Les mecs étaient beaux et sapés et vu l’ambiance, ils savaient s’amuser.

Elle était venue avec deux copines de bureau, célibataires comme elle. Celles-ci revenaient justement à la table avec des cocktails en poursuivant leur conversation sur deux hommes qui, visiblement, leurs avaient fait beaucoup d’effet. Elles repartirent toutes les trois, vers l’espace danse avec l’espoir de se rapprocher des mâles en question.

Clara travaillait depuis quatre ans avec Alexandra et Marine dans un cabinet d’avocats. Elles étaient devenues au fil du temps ses meilleures amies.

Elles se déhanchaient sur un morceau des Black Eyed Peas. Gilles, en roi de la fête, vint se glisser entre elles pour faire le show, un verre à la main. L’alcool aidant, il était survolté et heureux.

Quelques uns de ses potes, vinrent le rejoindre, également munis de boissons. Le groupe s’était étoffé d’un seul coup. La piste était bondée. Alexandra et Marine s’étaient lancées dans une danse très serrée avec les hommes qu’elles avaient repéré auparavant. Gilles poursuivait le spectacle près d’elle en chantant à tue-tête. Il la tenait par la taille et l’entraînait avec lui dans une folle rythmique. Elle sentit un autre homme se caler derrière elle et bouger dans la même cadence qu’eux. Il la serrait de près juste contre ses fesses. Elle était prise en sandwich. Elle s’amusait et souriait à Gilles, mais coula un regard au dessus de son épaule, histoire de voir qui se frottait contre son cul. Elle fut agréablement surprise de reconnaître le beau mec qui lui plaisait tant.

Gilles l’aperçut.  »Hey ! Salut mec ! », en frappant dans la main de l’autre, juste au dessus de la tête de Clara, comme pour le saluer. Il saisit la jeune femme par le cou d’un geste maladroit, l’alcool le rendant très approximatif, et, lui fit faire volte-face.

— Je te présente mon pote Vincent. Et Vincent, je te présente ma super copine Clara.

Il la salua ravi, l’embrassa sur la joue avant de reprendre le cours de la danse.

Gilles fut embarqué par un groupe d’amis aussi éméchés que lui et laissa Clara et Vincent à leurs déhanchements.

afete03

Il ne s’était pas éloigné et la frottait de plus en plus régulièrement. Clara, se serait sans doute montrée plus distante, mais les trois mojitos qu’elle avait avalé, lui avaient ôté toute réserve.

Le bras musclé de Vincent encerclait maintenant sa taille. Calé derrière elle, il bougeait au rythme d’un son brésilien, baladant sa queue dure contre ses fesses. Elle était parcourue de frissons. Instinctivement, elle s’était cambrée pour qu’il atteigne les parties les plus sensibles.

Il était dans son dos, mais elle le visualisa. Son regard noisette, ses cheveux châtains, il avait la classe et il était très sexy. Comble de bonheur, il bandait pour elle. Elle croyait rêver, elle était en train de fondre à le sentir coller à elle.

Ils en étaient maintenant à leur quatrième danse. Elle n’avait jamais dansé de façon aussi chaude avec quelqu’un. Ses seins étaient tendus, son sexe mouillait, son ventre se crispait d’excitation et tout son corps s’enflammait.

La musique s’arrêta un instant, elle en profita pour s’éloigner un instant. Il fallait qu’elle ralentisse tout ça, sinon, ils allaient baiser sur la piste. Elle lui dit qu’elle allait se rafraîchir et prit la direction des toilettes.

Elle avait atteint le couloir qui y menait quand deux mains la saisirent à la taille avant de la faire pivoter. Elle se retrouva collée au mur, serrée contre son torse.

Follement excitée, elle glissa ses mains sous sa chemise, à l’instant où il prenait sa bouche. La caresse de sa langue répandit une vague de chaleur jusqu’à son vagin et la fit vaciller.

Elle s’abandonna quelques instants avant d’interrompre le baiser. Elle le devait, sinon elle allait aller trop loin. C’était un lieu public et il y avait du passage dans ce couloir. ‘Tu devrais retourner m’attendre dans la salle’. Elle regarda par dessus son épaule en direction de la piste de danse. Personne ne semblait se soucier d’eux.

Il se contenta de sourire, un sourire canaille et reprit ses lèvres. Il l’embrassa jusqu’à ce qu’elle ait l’esprit embrumé et le corps en feu. Puis il l’entraîna, sans jamais lâcher ses lèvres jusqu’à une porte à quelques pas sur leur droite.

— Où va-t-on ?

— Je ne sais pas. On va le découvrir ensemble, en poussant la porte sur une salle de réception plus petite que celle où avait lieu la fête. Elle était plongée dans la pénombre, seule les lumières de la rue, éclairaient la pièce à travers la fenêtre. On distinguait quelques tables et des piles de chaises.

Il referma la porte et la poussa jusqu’à l’une des tables. Elle prit appui dessus alors qu’il lui prodiguait un baiser aussi intense que les précédents.

Il lui caressa la cuisse, ses doigts formaient des arabesques sur sa peau sensible. Clara retint son souffle quand sa main progressa plus haut, glissant sous sa robe jusqu’à ce qu’il atteigne son but. Il grogna de plaisir lorsqu’il faufila ses doigts sous la dentelle trempée de sa culotte et toucha la chair nue.
Clara bougeait contre sa paume, oubliant, un instant, qu’il y avait du monde tout près. Vincent étouffait ses gémissements sur ses lèvres, pendant que ses doigts bougeaient contre son sexe.
Un groupe, un peu bruyant et chahuteur, passa dans le couloir, et la réalité reprit, un instant corps. Elle posa ses mains sur sa poitrine et le repoussa doucement. « Je ne pense pas que ce soit une très bonne idée. »
 »Chut ! »,dit-il, en la gardant contre lui, ses doigts taquins toujours entre ses replis chauds, se faisant câlins pour la faire plier.«C’est une excellente idée, au contraire. »
« Vincent », en essayant d’être forte, et d’ignorer son corps perfide qui voulait que ces doigts continuent encore et encore, à l’explorer davantage, et plus profondément.

— Quelqu’un pourrait nous voir.

— Non, personne ne va venir ici. Hum !Tu es toute mouillée ! murmura-t-il à son oreille, qu’il mordilla avant de descendre vers son cou.

afete02

Il la serra plus étroitement et elle soupira quand il ajouta un pouce à l’exploration de son entrecuisse. Il se concentra sur son clitoris, il l’encercla, le taquina et le caressa. Clara haletait dans ses bras, la chaleur et la tension augmentaient à chacun de ses mouvements taquins.
«Nous devrions arrêter», elle avait le souffle court, s’accrochant à lui de peur ne pas tenir sur ses jambes. Cependant elle ne cessait pas de remuer ses hanches contre sa main adroite et elle gémit doucement contre sa poitrine.
« Mmm, pas tout de suite», dit-il d’une voix rauque. Il pressa plus fort la paume de sa main, poussant un doigt au fond d’elle.
Elle planta ses doigts, dans ses épaules en se cambrant pendant qu’il la masturbait plus vite et plus fort. Une lumière éclatante explosa derrière ses paupières fermées. Sa bouche rencontra la sienne, ses lèvres étouffèrent les cris qui montaient alors que ses doigts agiles faisaient frissonner son corps et lui donnait la délivrance qu’il attendait.
Elle laissa échapper un long soupir tremblant et s’effondra contre lui, vidée et repue. Un petit sourire satisfait dansait sur ses lèvres, elle mit à rire et Vincent l’embrassa sur le front.

— Tu es magnifique, ce serait dommage de s’arrêter en si bon chemin » en s’écartant pour explorer ses poches.

— Préservatif ? demanda-t-elle. Il hocha la tête.

****

La suite de l’histoire —> ici.

Publicités