Étiquettes

, ,

Justine ne regrettait pas son voyage. Tout était splendide : les paysages, les monuments, les gens. Elle était heureuse de marcher dans les pas de son enfance. Elle avait passé plus d’une année ici, lorsque sa mère et son petit ami de l’époque s’étaient lancés dans un tour du monde en bateau, une de ses nombreuses folies.

Elle avait été expédiée, là, chez sa grand-mère paternelle. Elle avait baigné dans des légendes dont se régalait son aïeule. La magie et la féerie avaient illuminé son existence pendant cette période et l’avait longtemps poursuivi. Elle avait grandi, changé d’environnement, mais son cœur irlandais n’avait jamais cessé de battre. Il s’était juste montré discret à certaines périodes de sa vie.

rêve irlandais 03

Son Bed-and-Breakfast était authentique, le toit en chaume et les fenêtres avec vue sur la lande. Il se trouvait à deux maisons de celle où elle avait vécu avec sa grand-mère. La vieille demeure avait été vendue à la mort de celle-ci. Elle était fermée et inhabitée, elle aurait aimé la revoir.

Arrivée de Dublin le matin, elle avait posé ses bagages dans sa chambre avant de partir pour une longue excursion à pieds à travers le village. Elle était rentrée à l’heure du dîner, affamée et exténuée. La propriétaire, une femme d’un certain âge, se souvenait d’elle et lui avait parlé de sa grand-mère, devant une dernière tasse de thé au coin du feu après dîner. Elle lui avait également parlé de légendes et de sang irlandais qui ramenait toujours un cœur à sa source.

Elle s’était couchée, le cœur et la tête enchevêtrés dans de vieilles histoires qui resurgissaient. Elle se sentait légère et vaporeuse. Reposée, elle avait repris une nouvelle promenade cette fois-ci vers la forêt. Elle portait une longue jupe en lainage et un pull chaud et moelleux. Le vent faisait voler ses cheveux.

Justine vit l’homme, dès qu’elle arriva dans la clairière. Il était assis sur un tronc et semblait attendre quelqu’un.

Son visage lui sembla familier, ses grands yeux bleus touchaient son cœur. Elle connaissait ce regard, elle l’avait si souvent vu lorsqu’elle fermait les yeux pour trouver un peu de réconfort. Il avait été là, comme une âme bienveillante, aux moments les plus durs de sa vie.

Il fit quelques pas vers elle, prit sa main qu’il embrassa.  »Il y a tellement longtemps que je t’attends ». Elle le regardait, bien qu’elle ne sache pas pourquoi, elle comprenait, elle partageait cette impression. Il la prit dans ses bras, la serra contre son torse. Elle eut soudain l’impression d’être là où elle avait toujours souhaité être.

rêve irlandais 04

Il était grand, elle se sentait frêle dans ses bras. Quand leurs yeux se rencontrèrent à nouveau, il se pencha pour capturer ses lèvres, un baiser doux et sensuel. Une merveilleuse chaleur se répandait en elle, au fur et à mesure qu’il se faisait plus pressant. Il glissa ses doigts sous le pull et batailla contre le caraco de dentelle pour enfin toucher sa peau.

Ses grandes mains parcouraient son dos, dessinaient des arabesques sur sa peau soyeuse. Elle se mit à gémir contre les lèvres de ce grand celte attirant. Sa bouche glissa dans son cou, Justine sentait des frissons sensuels parcourir son corps.  »Tu m’es revenue, jamais plus nous ne serons séparés » murmura-t-il à son oreille. Elle ne releva pas cette phrase mystérieuse maintenant obnubilée par la tige raide qu’elle sentait contre son ventre à travers à travers les vêtements. Ce contact dur réveillait son corps, endormi depuis si longtemps. Impatiente soudain, elle glissa ses mains avides sous la veste en cuir de son séduisant partenaire, ouvrit la chemise et promena ses lèvres sur le torse puissant.

Ils glissèrent au sol, il roula sur elle, la couvrant de son corps lourd et tendu. Étalée sur le sol moussu, elle s’enivrait des parfums de la nature mêlés à ceux plus virils de l’homme qui s’apprêtait à prendre possession d’elle. Elle noua ses jambes autour de ses reins, désireuse de le sentir contre son intimité, pressée de la sentir en elle.

Happy couple

Il s’écarta, un instant d’elle, le temps de se dégager de son pantalon. Elle se débarrassa de sa culotte. Il revint sur elle, lourd, puissant et impatient. Elle sentit le sexe dur et chaud à l’entrée de son intimité alors qu’il lui écartait les cuisses. Il entra en elle avec fougue. La passion les saisit, commença alors une fougueuse pantomime. Leurs corps s’accordaient, elle impatiente, lui impétueux comme un guerrier.

Ils s’envolaient toujours plus loin, incendiés jusqu’à l’explosion finale. Des frissons parcouraient tout son corps, la plongeant dans une divine extase.

Justine se réveilla brutalement, le corps emmêlé dans ses couvertures. Tout ceci n’avait été qu’un rêve, sauf l’orgasme qui la faisait encore trembler. Le corps apaisé, elle replongea presque aussitôt dans le sommeil.

Elle retrouva sa logeuse, le lendemain matin, devant la porte de la petite salle à manger.  »Ma chère, une belle journée nous attend. Elle est d’autant plus belle que mon fils est venu passer le week-end avec moi, il nous attend pour déjeuner.

Comme elle entrait dans la salle, il se leva dés qu’il l’aperçut. Elle fut saisie à la vue de son visage. Il était l’homme avec qui elle avait partagé son rêve.

– Justine ?

– Oui ! Nous nous connaissons, n’est-ce pas ?

– Oui ! Nous étions enfants. Il y a si longtemps… Tu es tombée à la rivière. J’ai voulu te repêcher et je suis tombé à mon tour. Nous avons été entraîné par le fond, mais j’ai vu une lumière et je l’ai suivi jusqu’à la surface. Ta grand-mère a prétendu qu’une fée nous avait sauvé et que notre destin était lié à tout jamais.

– Elle aimait la magie et les légendes.

– Le plus étonnant, c’est que j’ai rêvé de toi la nuit dernière, fit-il troublé une flamme de désir dans les yeux.

– Moi aussi, j’ai fait un rêve, en rougissant.

– Tu portais une grande jupe sombre et ce pull fit-il en reconnaissant le vêtement, enfin au début du rêve, le regard assombri de désir.

– C’était dans la clairière des ruines magiques.

– Oui ! Allons-y tout de suite ! En saisissant sa main pour l’entraîner derrière lui !

Ils avaient déjà quitté la pièce quand la vieille femme revint avec la théière à la main.

rêve irlandais 02

Publicités