Étiquettes

,

J’ai passé un début de mois de juillet très chargé, et j’espérais avoir un peu de temps, après. J’avais commencé à écrire un article dont le titre était « Ouf ! Enfin, je souffle ! ». Sauf que je n’ai pas eu le temps de souffler, ni de finir l’article !
J’essaie d’avancer sur mon défi personnel, dont je parle régulièrement – à savoir : publier une nouvelle ou une histoire plus longue par mois. Je reparlerais de ça, prochainement, dans un nouvel article.

Aujourd’hui, j’avais envie de faire le point sur Evernote. J’avais écrit un article sur le sujet, quasiment un an, jour pour jour.

evernote
Je regrette de ne pas avoir noté, à ce moment-là combien j’avais de « notes ». Ces petits documents qui pourraient comparés à des documents word ou open office.
Je pense que je ne devais pas en avoir plus de 400. Aujourd’hui, j’en ai 1290 !

Autant vous dire que je l’utilise beaucoup ! En fait, l’application est, tout le temps, ouverte.
J’avais 8 dossiers principaux (en fait chez evernote, ils appellent ça des carnets de notes ), l’année dernière. J’en ai maintenant 15. Et je ne sais pas exactement le nombre de sous-dossiers, mais, sans doute, trois fois plus.

Au début, je ne m’en servais que ponctuellement pour écrire lorsque je n’étais pas à la maison, à proximité de mon ordinateur. Maintenant, je n’utilise plus que ça. Je suis sûre que la sauvegarde est faite, automatiquement. Je n’ai plus ce souci.
Bien sûr, je fais une double sauvegarde, de temps à autre, sur Dropbox, mais je me prends bien moins la tête avec ça.

Donc concrètement, comment je l’utilise :
Je conserve des tas d’articles sur le travail d’écriture, français, mais surtout américains (traduits par google ! Je parle super bien le franglais googlien, maintenant ! ), des conversations facebook, où j’ai reçu une information intéressante (après quelques semaines, allez la retrouver dans tout ce bazar ).
Je prépare et mets de côté des idées pour les articles de ce blog. J’y sauvegarde aussi mes articles, quand j’y pense. Je fais ça, car j’ai perdu tout le contenu d’un blog précédent !
Je stocke aussi des astuces internet, et des tas de choses de cet ordre dans un carnet qui s’appelle « Vie du web ». J’ai 4 sous-dossiers dans ce carnet. L’un s’appelle « articles intéressants » (je sais, c’est vague, mais je sais que ça ne concerne que le web ). Il peut y avoir, par exemple l’interview d’une personne d’une maison d’édition parce que je veux me souvenir de lui et de ce qu’il a dit, sans devoir chercher partout sur internet, d’autant qu’en haut de la note, il y a le lien où j’ai copié le document. Il y a aussi la copie d’un article « comment débuter sur twitter ? ». Alors bien sûr, je pourrais faire une recherche dans google et retrouver ce genre d’information, mais si je conserve cette note, c’est que j’ai déjà lu l’article, je sais déjà qu’il y a quelque chose qui a retenu mon attention, et je gagne du temps.
Dans ce carnet, il y a 3 autres sous-dossiers : « comment ça marche ? logiciels, applications », « statut fiscal » (c’est là que je sauvegarde des conversations facebook, pleines d’infos et de vécu ) et pour finir « articles sur le marché des ebooks ». J’aime comprendre l’évolution du marché, et je suis par exemple ravie de savoir que dans ce dossier il y a quelque part un article d’une américaine qui avait donné des fourchettes de vente sur amazon aux USA.
Vous le saviez que lorsque vous êtes n° 1 des ventes en Amérique, vous vendez plus de 4 000 livres par jour ? Ça fait rêver ! ( Bref, j’ai l’info et le lien. Je peux retourner sur son blog si je veux, car je sais qu’elle fait une mise à jour, tous les ans). Pour tous ceux dont je viens de piquer la curiosité : L’article est là.

Sur internet, on reçoit des tonnes d’informations intéressantes que notre cerveau ne peut pas stocker. Si je sais où les retrouver, c’est déjà un énorme progrès.
Je décline donc sur diverses thèmes les notes, comme je viens de vous l’expliquer ci-dessus. J’ai, par exemple, 189 recettes de cuisines stockées dans le dossier correspondant.

Mais l’usage principal que j’en fais, reste autour de mes écrits.
A chaque nouveau projet, j’ouvre un dossier, et j’accumule les éléments dedans : plan, notes, bouts de dialogue, jusqu’à ce que je me mette à écrire. Une note par scène, qu’elle fasse 200 ou 5000 mots, ou plus. Je travaille dans un carnet qui s’appelle « PLANNING 2014 ». Tous les dossiers qui sont à l’intérieur sont ceux que j’aimerais voir finis dans l’année. Mais là, je rêve ! Peut-être que si j’ai des nouvelles idées, vais-je devoir ouvrir un carnet : « PLANNING 2015 » !
Je tape mes textes directement. Et ce qui est sympa, c’est qu’il y a un compteur de mots qui s’affiche en bas.

Je ne l’utilise pas pour les photos.
Je n’y stocke pas mes photos personnelles, elles sont sur Dropbox. Et pour ce qui est des photos utilisées sur le blog, j’ai Pinterest.

Je me suis débrouillée toute seule pour apprendre à l’utiliser, et je suppose que je ne connais pas le quart des fonctions. J’utilise la version gratuite, et elle me suffit largement.
La  seul chose que je regrette de la version payante, c’est que je pourrais partager mes documents avec un tiers. En l’occurrence, je trouverais pratique de partager juste un dossier avec ma bêta-lectrice, qui pourrait commenter avec plus d’aisance.

Bien sûr, je sais qu’il existe des logiciels d’écriture du type « Scrivener ». Je ne l’ai pas essayé. Pour l’instant, je n’ai pas envie de dépenser de l’argent là-dedans et de prendre du temps pour savoir si je serais capable de m’adapter à un nouvel outil. J’ai essayé « Ywriter », l’an passé, qui est gratuit et semble être une version très simpliste de Scrivener, mais il n’apportait rien de plus, à l’organisation que j’ai déjà.
Car même si j’utilise « evernote », j’aime aussi prendre des notes, et griffonner des tas de trucs sur des cahiers et des bouts de papier.

Publicités