Mots-clefs

, , , , , , ,

J’ai été heureuse de découvrir cet article chez blue-moon, avant hier. Je me suis dit que c’était probablement la première fois que j’en lisais un sur ce sujet précis qu’est la romance francophone. Et donc j’ai décidé d’ajouter ma pierre à l’édifice et d’en écrire un second. Car c’est en faisant du bruit qu’on persuadera tout le monde qu’elle existe vraiment.

romance

Oui, parce ce que c’est nouveau ! Vous, toutes les lectrices habituées du genre, savez que la romance est à 90-95 %, peut-être même 99 % anglo-saxonne (j’invente les statistiques au fur et à mesure. On est jamais mieux servi que par soi-même. Ils ne font pas comme ça à la télé ? ).
Le genre a été, sinon inventé ( je ne sais pas vraiment qui peut en revendiquer la paternité… ou maternité. C’est comme vous préférez.), surtout codifié, et largement développé par les américaines.
Au point que c’est une industrie. À lui seul, le marché annuel aux États-Unis pèse 1, 4 milliard de $, quand, à titre comparatif, le genre « policier-thriller »  ne pèse que 700 millions de dollars. Je n’ai pas de chiffre pour la France, mais (si quelqu’un passe par là et peut me donner une indication, je serais curieuse de la connaître) il est largement moindre. je suis persuadée qu’il ne fait pas un dixième de son cousin américain, et encore !
À l’heure du numérique où tout le monde fait un peu ce qu’il veut, explore et joue les touche-à-tout, où des nouveaux auteurs surgissent tous les jours et des maisons d’éditions numériques naissent toutes les semaines, le marché français s’ouvre.
À tous ceux qui imaginent-là un nouvel eldorado, ne rêvez pas, il n’est pas encore rentable pour la plupart des acteurs du secteur, seules les gros s’en sortent. Les plus optimistes ou inconscients (l’avenir nous le dira) misent sur une explosion du marché.
Mais pas seulement eux, et c’est ça qui est nouveau ! Avec « 50 nuances de Grey », une nouvelle habitude a été prise dans les points de vente. La romance a maintenant des gros présentoirs à l’entrée des magasins. Non, elle n’est plus reléguées au fond de la quatrième allée. Ce secteur est en pleine mutation. OK ! Il faut s’y retrouver dans la jungle de tous les sous-genres qui pullulent dans le secteur : contemporain, érotique, historique, fantasy, New adult, young adult, fanfiction, MM, pour ne citer que les principaux.
Dans cette perspective d’embellie, une véritable vague française est en train d’éclore, et des maisons d’éditions « solides » commencent à faire confiance à des auteures françaises ( oui, je vais parler au féminin parce que je vois bien peu d’hommes dans ce milieu).

paris

Et, c’est bon ! Même très bon ! Je ne dis pas ça seulement parce que je suis une auteure pleine d’espoir.
Ces nouvelles venues apportent avec elles une nouvelle vision de la romance, où le contexte est français. Bon ça ne sent pas encore le fromage et le saucisson ( faut pas s’enflammer, cet univers reste aseptisé et continue de sentir l’eau de rose ), mais ça nous ressemble davantage. C’est plus concret et il est plus évident de se projeter dans l’histoire quand elles se donnent la peine de poser leur histoire dans un cadre bien français.
Et pour toutes celles qui en ont assez que John fasse souffrir Brenda en ne l’aimant pas en retour, nous avons maintenant Vincent, François, Paul et les autres. Le héros de romance n’est plus forcément américain, c’est un cliché qui tombe.
Un vent nouveau souffle sur le secteur et renouvelle le genre.

red 01

Donc, celles qui rencontrent du succès ne sont pas encore nombreuses, mais elles augmentent régulièrement, et c’est ainsi qu’on peut commencer à parler aujourd’hui d’un vrai courant de romance francophone.
Si comme moi, vous suivez l’actualité de ce petit monde, vous avez pu constater que les auteures francophones ont largement été mises en avant lors des derniers salons du livre et notamment celui de Paris. Comme si être française était devenu un vrai argument marketing.

J’imagine aussi que dans les maisons d’éditions concernées, le vent du changement doit également souffler. Là, où elles se contentaient de gérer des traductions, elles ont un vrai travail d’édition et d’accompagnement des auteures. À Elles d’être vraiment originales et d’offrir un vrai plus local pour piquer la curiosité des lectrices.

C’est bien de parler, mais on veut des noms !

Alors, la liste qui suit est complètement subjective. J’ai le droit c’est mon blog et mon article !
Depuis le début de ce sujet, j’ai parlé de la nouvelle vague d’auteures et quoi qu’on en dise, celles qui comptent ce sont celles qui sont éditées dans de grandes maisons.
Je vais donc me contenter de donner des noms publiés chez ceux qui, pour moi, sont les 3 principaux acteurs du secteur, et les 3 éditeurs que je lis le plus couramment. Je veux bien sûr parler de J’ai lu pour elle, Milady et Harlequin (HQN).
Il y a aussi des gens de talent dans les autoédités et les maisons d’éditions plus modestes ou numériques, mais comme je l’ai déjà dit je ne vais parler que de celles qui sont en première ligne selon moi et entrainent toutes les autres dans leur sillage.
Je tiens également à rappeler que mes influences sont érotiques, contemporaines et historiques. Ne vous étonnez pas que les autres genres soient ignorés, c’est ma sélection à moi. Ce sont essentiellement des auteures que j’ai déjà lu ou qui sont dans ma pile à lire.

harlequin2

Bon comme je l’ai dit, c’est très subjectif ! Surtout chez HQN où le plus gros effort est fait pour publier des auteures françaises. Oui ! C’est bien là qu’elles sont le plus nombreuses ! Disons que j’en ai cité 6, et mes 2 coups de cœur personnels Joy et Anna (je ne doute pas, qu’elles iront loin), mais j’aurais pu rajouter aussi Valéry K Baran, Louisa Meonis, Caroline Costa et l’exception masculine de la troupe Gilles Milo-Vaceri qui n’est pas des moindres.
Mais j’ai été surprise du nombre de françaises dans la listes, bien plus nombreuses que je ne le pensais. (Les autres m’excuseront… ou pas, de ne pas les avoir citées )

(Petit edit : Grrr ! je savais bien que j’allais oublier des noms importants et que je devrais venir retoucher cet article. Il y a bien sûr Anne Rossi chez HQN Et Suzanne Roy chez Milady – Vraiment je me botterais les fesses moi-même, ce sont quasiment les numéros 1 ! Quelle nulle je fais ! )

milady jai lu

Pfff ! En faisant mes petits montages photos ci-dessus, j’ai passé en revue les sites des 3 maisons d’éditions citées. Eh bien vous savez quoi ? Mes statistiques fantaisistes du début de l’article qui oscillent entre 90 et 99 % sont certainement exactes. Il n’y a que des auteures américaines dans toutes ces interminables listes.
Je pense vraiment que les choses sont en train de changer ! Et que si je fais un état des lieux dans un an ou deux ! Il y aura bien plus de noms d’auteures francophones qu’aujourd’hui ! Et peut-être même le mien 🙂 !
La preuve : Je viens de tomber sur un appel à textes de la part de Lattès pour du New Adult (ici , pour les intéressées ). Les françaises ont vraiment le vent en poupe, et commence à intéresser !
Le fait que des talents émergent dans les édités comme les autoédités laisse sans doute à penser qu’il y a quelque chose à faire !

****

Bon je fais un dernier petit laïus en prévision des râleuses et des mécontentes. Oui, je sais ! J’ai pris le parti de ne parler que des auteures éditées, et dans seulement trois maisons et oui, cet univers ne se résume pas à ça. Disons que c’est le sommet de la partie émergée de l’iceberg et qu’il existe de nombreux talents dans les autres maisons d’éditions comme dans les autoédités.
Mais ces auteures-là sont logées à la même enseigne que moi : elles ont beaucoup de boulot à produire pour qu’on les remarque si tant est qu’elles aient du talent ! Que nous ayons du talent !

 

RESTE CALME

Voilà ! Je vous ai proposé une vision forcément réduite de la romance francophone sans m’attacher à un genre en particulier, même je dois préciser que l’érotisme est bien plus présent qu’il ne l’était dans « l’avant 50 nuances ». C’est un survol, qui j’espère, vous fera réagir. J’attends vos commentaires ci-dessous ou sur mon facebook, ou sur vos blogs dans de prochains articles !

Publicités