Non, je ne suis pas morte !

Celles et ceux qui s’intéressent encore à moi, le savent car ils voient passer de temps à autre des photos Instagram que je partage sur facebook.
Et ce sont mes uniques signes de vie… Je n’ai publier aucun livre depuis des lustres. Je sais… Ce n’est pas très sérieux.
Pourtant j’écris !
Je me suis même fixer pour objectif d’écrire pas moins de 10 000 mots par mois en 2018. Pour les trois premiers mois qui viennent de passer, je suis dans les clous ! Et l’année dernière avait été peu productive, mais quand même !

J’ai un livre achevé qui attend depuis novembre, mais ma bêta lectrice m’a lâché et depuis, je navigue entre doute et désespoir. Ce n’est pas tombé au meilleur moment pour moi, car j’étais déjà dans une période de remise en question. Ça n’a rien arrangé !
J’ai donc tout stoppé sur ce manuscrit et ne l’ai finalement pas sorti comme je l’avais espéré en décembre. Et je me suis tournée vers d’autres projets en attendant de trouver une solution.
( Au passage, je lance ici un appel désespéré, si quelqu’un veut bien me donner un coup de main en relecture et correction – je rampe devant tes pieds avec l’espoir de t’emprunter quelques heures de ton temps )
N’ayant fait ni bilan 2017, ni prévision 2018, je vais faire le point sur mon écriture, à la fois pour vous et pour moi. surtout pour moi, en fait
Parce que des livres en cours, j’en ai quelques uns que je prends, ajoute quelques mots avant de le reposer et passer au suivant. Si bien que j’ai dans ma tête toute une galerie de portraits et d’histoires qui s’entremêlent et m’embrouillent. Et lorsque je me mets à mon ordinateur, je me pose la question de savoir sur lequel je travaille aujourd’hui. C’est très perturbant !
Donc voici la liste de mon fouillis crânien et littéraire :
— Quand un elfe décroche la lune (62 000 mots )  – C’est donc mon manuscrit achevé et en attente de correction, que j’ai tellement relu que je ne sais plus ce que je cherche ! Il s’agit d’une comédie romantique de Noël. J’ai eu envie de me frotter à un autre genre pour moi : la comédie. Je me suis fais plaisir. C’est quand même un peu chaud. Je n’y peux rien, je crois que c’est dans mon ADN, lol !
>>       Marianne, veuve ; Grégory, divorcé se croisent tous les jours à l’école de leurs enfants respectifs. Ils se détestent, ou presque. Quelques incidents ont compliqué les choses entre eux. Et quand Marianne se retrouve à accepter un boulot d’elfe dans la galerie marchande où il possède un magasin de meubles design, ils ne vont plus pouvoir s’éviter. Les tensions entre eux pourraient bien se transformer en feu d’artifice.
— Laurencie (titre provisoire ) 32 000 mots – Il s’agit du troisième volet des filles du vignoble, ma série de romance historique. Oui, il serait temps que je la termine.
Je n’y avais pas travaillé depuis quasiment un an et je l’ai reprise en janvier pour bloquer sur une scène particulière. Mais je suis décidée à reprendre, écrire ce moment si crucial pour enfin dérouler le reste de l’histoire.
— Bien tomber (titre provisoire)  25 000 mots – Comédie romantique contemporaine.
J’ai écrit, il y a deux ou même trois ans une nouvelle qui se déroulait le soir de la Saint-Valentin. Et lorsque j’ai voulu en faire la correction en décembre dernier, je n’ai pas pu m’empêcher de la reprendre pour la transformer en roman. J’en suis au premier tiers. Quelques scènes cocasses que j’aime déjà !
>> Juliette vit seule dans son bel appartement du cinquième étage. Elle assouvit sa passion pour les dessous coquins en en portant chaque soir quand elle rentre chez elle. C’est dans cette tenue que la découvre Tom Royer Footballeur pro qui tombe nu sur son balcon le soir de la Saint-Valentin. Comme si la situation n’était pas assez délicate, ils découvrent qu’ils ont fait un peu plus que d’avoir fréquenté le même lycée quinze ans plus tôt…
— Demoiselle d’honneur – volume 0  – 10 000 mots
Oui ! Volume 0 ! Parce que tout à coup, j’ai voulu raconté l’histoire du couple qui se marie, celui par qui tout commence, toutes les rencontres qui ont donné naissance aux volumes suivants. Alors je n’en suis qu’au début comme vous pouvez le voir. Et j’ignore quand je vais remettre le nez dedans.
>> Alicia se rend au mariage de sa collègue, elle y rencontre Simon, un homme qui lui plaît. Hélas, il est militaire ! Hé oui, elle a fait un pacte avec ses soeurs et cousines : pas de petit ami militaire. Il y en a déjà trop dans la famille. Il ne faut surtout pas risquer de tomber amoureuse de l’un d’entre eux. Elle ne connaît que trop l’angoisse de les voir partir en mission pour ne peut-être jamais revenir.
Pourtant, Simon est craquant. il peut tout à fait convenir le temps d’une « décompression sexuelle » !
— Demoiselle d’honneur – volume 5 –  12 200 mots
Encore beaucoup de travail en perspective
>> Romain demande à Charline, sa collègue de l’accompagner au mariage de sa cousine pour calmer les ardeurs matrimoniales de sa mère.
Sauf que Charline est craquante, mais elle arrive au plus mauvais moment dans sa vie. Il a pris des engagements avec une autre. Il ne peut se permettre qu’une parenthèse torride avant de mettre un terme. C’est du moins comme ça qu’il aimerait que les choses se passent…
 
— Miss Déco et petits dégâts collatéraux  –  xxxx mots – comédie romantique De nombreuses fiches de scènes déjà écrites à la main, mais pas encore fait de comptage pour le moment !
— Orage électrique – volume 3 de la série Orage – 15 000 mots
>> Marjorie a quitté son petit ami infidèle. Elle se retrouve à vivre chez Raphaëlle et David nouvellement mariés. Ce dernier a un autre problème : son frère Quentin ne va pas bien. Il s’est installé dans sa maison nouvellement achetée et en chantier. Au lieu de se bouger, il passe ton temps à boire.
David pousse Marjorie à s’installer là-bas pour gérer l’avancement des travaux et faire la décoration.
Petit détail : les deux se détestent !

Donc avec tout ça, quoi qu’il en soit, je sortirai un livre cette année… Et j’espère bien pousser jusqu’à deux !  Faut pas rêver, il n’y en aura pas sept !

Je suis heureuse de donner des nouvelles, et je vais essayer de publier des articles ici de façon plus régulière. J’ai un peu changé mon organisation pour y arriver.

Je vous dis donc à bientôt !

 

Publicités