Étiquettes

,

Mais où j’étais passée ?

C’est la question que je me pose depuis quelques jours ! Je ne pensais pas avoir tant que ça, modifié ma façon d’être. L’image qu’on renvoie est tellement différente de ce que l’on imagine ! Je ne m’étais pas aperçue que j’avais laissé un vide depuis quelques mois. Et que j’étais quasiment portée disparue pour ma petite communauté de lectrices et amis virtuels du monde de la romance sur les réseaux sociaux.

Je ne m’en suis pas aperçue car j’ai continué d’écrire comme d’habitude. Seulement, je m’étais coupée de l’internet et, surtout, je n’ai pas publié sérieusement depuis un bon bout de temps. L’écriture remplit toujours autant ma vie, mais pour beaucoup, j’étais probablement passée à autre chose. Mais non ! Je suis toujours là !

Et je ne sais pas si c’est un regain d’activité de ma part ou un pur hasard, ( ou alors google, alias, l’œil de Moscou me surveille de près), mais la courbe des visites sur mon blog semble frémir à la hausse. Je n’ai pas d’explication rationnelle là-dessus. D’autant que je n’ai pas posté beaucoup d’articles non plus.

 

Je ne vais pas vous sortir une nouvelle chorégraphie de la danse de la joie, attention ! Je suis passée de 15 à 30 visites par jour. Pas de quoi écrire un livre sur la façon de doubler son audience en 15 jours !

Par contre, je me suis interrogée sur la qualité des informations qu’on pouvait y trouver et sur ce que les visiteurs venaient chercher.
Alors je vous préviens tout de suite, je suis une truffe, côté blogging et analyse comportementale de mon audience (je connais quelques termes quand même). Bref je n’ai pas d’option « super analyse de mon public ». Et je ne sais pas forcément pourquoi il vient jusqu’à moi, ni comment !

Je sais juste que beaucoup passent par la page d’accueil. Pour faire quoi ? Mystère !

Comme vous pouvez remarquer sur la photo ci-dessus, beaucoup viennent lire les textes « hot » que j’avais posté au début de mon blog pour l’étoffer un peu. Je les laisse, même si je les assume beaucoup moins. Non pas pour leur teneur, mais j’ai peur d’avoir laissé un paquet de fautes (je ne forçais pas sur la relecture à l’époque – à peine plus aujourd’hui ^^ ) et surtout ce sont des choses que j’ai écrites il y a dix ans. Mon écriture a radicalement changé depuis.
Comme je n’ai pas du tout le temps de faire des corrections, je laisse faire.
Si les lecteurs sont concentrés sur ce texte, c’est parce qu’il est mis en lien quelque part, sur un site, mais j’ignore où. Ça arrive régulièrement qu’une de mes histoires ou une autre ait une grosse montée de visites sans que je sache de qui me vient cette soudaine popularité. Ce n’est pas très grave et c’est quelque chose que je ne peux pas contrôler.

Par contre, ce que j’aimerais un peu mieux connaître c’est que lisent toutes ces personnes qui arrivent sur la page « accueil/archives ».
Jusqu’à maintenant, je n’avais pas pleinement saisi la portée d’une vraie page d’accueil. Les personnes qui tapaient mon nom dans google arrivaient directement sur la première page où sont affichés mes dix articles les plus récents, sans que je sache vraiment ce qu’ils regardent. J’avais pourtant lu que c’était important, mais il a fallu que l’énigme de ces visites me saute aux yeux pour que je réagisse.

Je viens de passer l’après-midi à offrir un gros lifting à mon blog. J’en ai profité pour refaire ma bio, et surtout, j’ai enfin une vraie page d’accueil !

Ces lieux avaient besoin de nouvelles couleurs et d’un peu de soin. Parce que même si je le déserte souvent, je l’aime mon blog. Même si je ne sais pas véritablement s’il est d’une grande utilité, étant donné le peu de visites !

Je flâne régulièrement sur les blogs américains qui n’arrêtent pas de faire des articles sur la nécessité d’avoir une plateforme médias. Entendez par « plateforme médias », tout l’arsenal : blog, facebook, twitter, instagram, youtube et j’en passe. Je pense que ces blogs vantent le procédé car c’est leur gagne-pain de vous faire utiliser tous ces trucs.
Ils n’ont pas totalement tort non plus, car il faut bien se faire connaître pour vendre des livres. Et si des lecteurs vous découvrent sur Amazon, ils peuvent avoir envie d’en savoir un peu plus. D’où cette nécessité d’exister dans les médias sociaux.
Cependant c’est chronophage.
J’en reviens toujours à mon problème sur la nécessité d’être présente en ligne, et mon besoin d’en disparaître de temps en temps. Je n’en ai pas fini avec mon rapport amour/haine avec les réseaux sociaux. En fait, il s’agit surtout de Facebook, car je suis bien sur mon blog et je me plais bien sur Instagram.

§-§-§

Voilà pour le sujet peu passionnant de la remise en état de mon blog !

Je voulais dire quelques mots également sur le mois que je viens de passer. J’ai écrit 54 000 mots au cours de cette période. Je m’épate moi-même ! J’ai terminé un livre en moins de 40 jours, de plus de 58 000 mots. Je me hâte de faire les corrections puisqu’il a un but final : un concours. Mais je vous en parlerai un peu plus quand tout sera bien dans les clous !

Pour la première fois de ma vie j’ai deux manuscrits d’avance !!!

 

Publicités