Étiquettes

, , , ,

Bonjour tout le monde !

Vous trouvez sans doute que j’ai beaucoup tardé pour faire un bilan du mois d’avril, mais celles qui me suivent sur les réseaux sociaux savent que je suis en mode surbookée ces dernières semaines.
Celles et ceux qui étaient restés à ma liste de projets à finir, déjà bien fournie, mentionnée dans mon précédent article, ont raté un épisode !
Ce n’est pas grave, Voici la session de rattrapage !

Mon bilan écriture

Donc j’ai atteint le chiffre record de 54175 mots écrits au cours du mois d’avril ! (Sortez trompettes et sarbacanes, ça se fête ! ). En fait j’ai fait mon Nano en avril ! (pour ceux qui ne suivent pas il s’agit d’un défi d’écriture en novembre où il faut atteindre 50000 mots écrits, soit un roman).
Tout ça parce que je me suis lancée dans le pari fou d’écrire et corriger un manuscrit en deux mois et demi pour participer à un concours d’écriture, une sorte d’appel à texte, en somme !
Je suis une auteure autoéditée, mais comme beaucoup j’aimerais être éditée. Je rêve de devenir une « hybride » mdr. C’est en quelque sorte, mon objectif principal de l’année (d’essayer en tout cas). Du coup, depuis le temps que ça me trotte dans la tête, quand j’ai vu passé l’image du tract sur l’instagram de Marie de Au plaisir de lire, Je me suis bottée les fesses pour trouver une idée. Enfin, plus exactement, la bonne idée !

Nous étions alors le 26 ou 27 mars, et comme vous le voyez au-dessus, l’échéance était le 18 juin (elle avait été retardée au 30 juin depuis). Il était plus que temps que je m’active !

J’ai passé en revue toutes les notes de projets que j’ai entassé ces dernières années pour voir si l’une pouvait coller au thème de « l’évènement exceptionnel » de l’histoire. Eh bien, non ! figurez-vous ! Pourtant des pages volantes de notes prises à la volée, j’en ai un paquet ! Et je ne parle pas des dossiers dans l’ordinateur.
Je m’étais laissée jusqu’au 30 mars. Je me suis dit qu’après cela ce n’était pas jouable en terme de timing. Et j’ai eu l’éclair de génie ^^ (restons modeste !!!) le vendredi après-midi, soit la veille de l’échéance que je m’étais fixée.

Je me suis lancée dans un mois d’écriture intense pour venir à bout d’un manuscrit d’environ 60 000 mots ! (j’ai dépassé sur les premiers jour de mai)

JE L'AI FAIT

J’ai tenu le rythme et j’ai écrit ce roman en un peu plus d’un mois. Vers la mi mai, je suis arrivée à 64 546 mots selon Evernote, seulement 63 368 (303 006 signes) selon Word ! Allez comprendre !

Les corrections

J’ai galéré pour les corrections ! Comme d’habitude ! Et finalement quand il ne me restait plus qu’à traquer les fautes, mon fils m’a gentiment aidé en dépoussiérant mon ordi avec une bombe. Résultat : mon portable a rendu l’âme. Il avait six ans et montrait des signes de fatigue, mais c’est arrivé au plus mauvais moment. Je peux quand même le rallumer pour une ou deux minutes avant qu’il ne soit en surchauffe. Je récupère petit à petit les dossiers encore piégés là-bas.

Et malchance, dans la bataille, j’ai perdu la dernière version de mon manuscrit. Je pensais avoir sauvegardé le bon fichier, mais j’ai vite réalisé qu’il s’agissait d’une ancienne version 😦 . J’avais fait au moins trois relectures depuis…
Je me pose encore la question de savoir pourquoi je l’ai retiré de google drive ! ^^
Bien sûr, je n’ai pas précisé que tout ça m’est arrivé deux jours avant la clôture de l’appel à texte !

J’ai acheté un nouvel ordi, réinstaller la plupart des applications auxquelles je tiens. J’ai passé mon texte à la moulinette d’Antidote (non paramétré), en trois heures (je n’avais pas une minute de plus).

Donc il reste des coquilles et des boulettes, mais je ne voulais pas renoncer à la dernière minute après trois mois de travail intense à me lever avant l’aube et me coucher après minuit.

La mise en ligne aussi n’a pas été de tout repos ! J’étais ravie d’appuyer sur la touche « publier ». Par acquis de conscience, je suis allée vérifier que le texte était lisible et bien paramétré.

Grrr… Il manquait les deux derniers chapitres ! Allez savoir pourquoi ! Je suis maudite ! Après 10 essais infructueux, j’ai enfin réussi à obtenir un fichier propre.
Mon nouvel ordi connait déjà un tas de gros mots, tellement j’étais bien énervée !

♥ – ♥ – ♥ – ♥ – ♥

Le livre

Alors, je l’aime cette histoire entre Jeanne et Axel !

Voici le pitch pour vous donner envie, j’espère :

Terrible nouvelle : L’avion dans lequel se trouvait Benjamin vient de s’écraser en Italie. Benjamin, son ex depuis six mois pour elle. Seulement pour elle… Il a préféré mentir à sa mère sur la fin de leur histoire. Jeanne se retrouve embarquée sur les lieux du crash pour ménager la peine de l’entourage du défunt.
Sur place, il y a d’autres familles en deuil. Parmi elles, se trouve Axel qui soutient Théo, son meilleur ami et associé, brutalement devenu veuf.
Jeanne et Axel se plaisent, mais ce n’est ni le lieu, ni le bon moment… Et pourtant !
Les circonstances, les révélations et les événements ne vont cesser de les ramener l’un vers l’autre… et le désir aussi.
Vous pouvez le lire gratuitement et intégralement sur le site de J’AI LU : ICI   pendant tout la durée du concours, à savoir jusqu’au 29 juillet 2018. Ne traînez pas !
Je ne suis pas absolument sûre de coller parfaitement à la ligne éditoriale de la collection #exclusif qui me paraît très sombre, genre dark romance. Du moins pour les premiers livres parus. Depuis, j’ai vu que c’est plus une histoire de thème (foot, LGBT, etc.).
J’ai écrit en pensant plutôt à la série Gansett Island de Marie Force. Plus j’avançais, plus ça traînait dans ma tête. Je parle de l’atmosphère, pas des personnages.
La première partie se passe en Italie sur les lieux du crash, près de Capri. Mais tout le roman se déroule en France sur la côte atlantique. J’adore les livres où il y a une ambiance de bord de mer.
J’ai inventé une petite ville touristique près de La Rochelle pour coller à l’histoire.

Le concours

 

Comme je le disais, ce livre je l’ai écrit pour participer au concours J’AI LU  pour la collection #exclusif.
Il y avait quelques critères à respecter :
— Que ce soit une romance
— Qu’elle fasse entre 250 000 et 350 000 signes
— Que la rencontre des deux personnages se fassent dans des circonstances exceptionnelles.
Je pense que j’ai tout bon.
Si un crash aérien ce n’est pas une circonstance exceptionnelle, je mange ma souris ! (non, peut-être pas !)
Donc, on en arrive au moment où j’ai besoin de vous.  Maintenant que vous allez lire mon livre (je suis certaine que vous en avez envie ), n’oubliez pas de voter pour moi en appuyant sur le bouton.
Hé oui ! Les sélections sont faites par appel au vote. Je ne suis pas forcément super à l’aise avec ça, mais c’est le jeu. Et c’est une superbe opportunité pour moi d’être éditée, donc je ne me rends pas malade non plus.
Donc, par amitié, ou solidarité ou gentillesse, ou parce que vous avez aimé le livre (ce que je préfère ), merci d’aller VOTER.
Ce serait pour moi un rêve qui se réaliserait ! C’est mon but cette année 2018 de passer à la vitesse supérieure !
Le mois de juillet va être long et stressant. J’espère être dans les trois premiers, puisque 3 manuscrits seront retenus. Alors si vous voulez m’aider, merci de partager le lien jusqu’à mon livre.
Biz, et à bientôt pour de nouveaux bavardages.
PS : J’aime vos commentaires et vos petits mots ♥♥♥ !
la photo d’en-tête n’est pas de moi : Photo by Hannah Olinger on Unsplash
Publicités